Top Chef 2014 épisode 9 – Mange ta montagne

Pour nous consoler du départ de Chaud Patate, la semaine dernière, Top Chef a décidé de nous retourner le cœur , et cette fois-ci, dès le début de l’émission.
Après une longue séquence sur Noémie qui revisitait la « galette » sur le Belem et Steven qui jouait aux Lego avec des joues et des amygdales de poissons… place à la bonne musique, avec la cuisine des abats (Abba vous aviez compris ? …je serai bientôt en tournée dans les cafés théâtre les plus glauques de Paris!)

Parenthèse, légère et pas drôle, pour vous préparer en douceur au remake du Silence des agneaux…

Arrivés dans les locaux, les candidats apprennent qu’ils vont accueillir de nouveaux commis. Interrogations dans les rangs, jusqu’à l’apparition des invités. La grille des programmes de M6 va rapidement apparaître à l’antenne avec des animateurs et des candidats de programmes maison.

  • Première arrivée, Sandrine Corman, animatrice belge de la « France a un incroyable talent » qui choisit aussitôt Julien.. le belge, pour un regroupement communautaire.
  • Baptiste Giabiconi choisit Anne-Cécile, qui le dévore du regard.
  • Samuel, le gagnant de Pékin Express choisit Noémie.
  • Ludovic autre gagnant de Pékin Express, choisit Julien le miraculé.
  • Cécile de Ménibus choisit Alexis le Melon, qui rougit en la voyant arriver.
  • Pascal Sellem trouve que Pierre a une bonne tête et le choisit car il vient lui aussi du sud.
  • Malika Ménard choisit Thibault, car « il a un restaurant avec une étoile ». Dommage pour Prozac, qui se voyait déjà à la Mairie au côté de Malika.
  • Steven se remet vite de sa déception, car il est ravi de travailler avec Frédéric Bouraly, comédien de « Scènes de ménage ».

Le Chef Constant annonce l’intitulé de l’épreuve : « Comment transformer des produits peu attirants en plats d’exception ». Pour ma part, j’aurais donné un tout autre nom à la séquence : « comment parvenir à cuisiner, tout en vomissant ses tripes dans une bassine ». Je l’ai proposé à M6, ils n’ont pas donné suite.

Les candidats et leur commis vont devoir cuisiner : des anguilles, des rognons d’agneaux, de la cervelle, foie de veau, cœur de bœuf, tête de canard, seiche et lapin sauvage. A la clé, une immunité ! Le Chef les prévient « c’est vrai ce sont des produits qu’on n’a pas forcément envie de travailler, car c’est parfois ragoûtant, ça n’est pas très beau… «  (doux euphémisme).

L’épreuve n’étant pas assez difficile comme ça, Stéphane Rotenberg leur précise que pendant les trente première minutes, seuls les commis pourront travailler. Les candidats ne pourront que les coacher et goûter.

Séquence habituelle, le « chacun pour sa gu**le » dans le garde-manger. Sprint, coups de coude, croche-pieds, menaces de mort, tout va y passer pour arriver le premier et pouvoir choisir l’abat le plus facilement cuisinable et le moins écœurant . Là, j’ai un peu l’impression de regarder Martine à Rungis. Ludovic résumera bien la chose « ce sont de grands malades ! ».

  • Melon qui ne cesse d’être toujours plus énervant chaque semaine, arrache le foie de veau des mains de Noémie qui reste estomaqué par son comportement  » il vendrait sa mère ! Le gars il joue sa vie ! » M’est avis que ce sont ses hormones qui le font agir comme ça, puisqu’il donne tout pour permettre à Cécile de Ménibus de cuisiner ce qu’elle aime : des croque monsieur.
  • Noémie se retrouve avec des testicules de taureau
  • Julien le belge avec un lapin…mais pas de la viande de lapin, qu’on peut acheter chez le boucher…non non un lapin avec sa fourrure et ses yeux qui vous supplient de ne pas le dépecer. #SauvonsRogerRabbit !
  • Anne-Cécile avec cinq têtes de canard
  • Thibault a récupéré de la cervelle sanguinolente

L’émission a commencé depuis un quart d’heure, j’ai fait la bêtise de manger devant….Je me suis vite arrêté, car nous ne verrons quasiment QUE les images des duos ayant les abats les plus écœurants.

Sandrine Corman est horrifiée à la vue du lapin « on dirait le doudou de mon fils, je me suis dit ça ne va pas le faire ». Elle répètera en boucle, « ah non je ne peux pas, je ne peux vraiment pas ». On la comprend
Au cas où nous ne serions pas déjà écœurés, Julien enfonce le clou « oui c’est difficile, un lapin c’est beau, se dire qu’il était vivant, qu’il gambadait dans l’herbe telle une sauterelle ». Ben vas-y Julien donne lui un prénom tant que tu y es !

Pour aider Sandrine dans sa mission « meurtre d’un lapinou », il décide de mettre un torchon sur la tête du lapin pour qu’il n’y ait pas de eye contact entre Sandrine et Bugs Bunny.

top_chef_corman
25% des téléspectateurs de M6 sont devenus végétariens en voyant ensuite Sandrine « vider » le lapin de ses boyaux. Julien nous explique sa technique « c’était de la merde, mais je savais très bien que c’était de la m**de, mais si je le lui dis, j’ai pas envie qu’elle arrête ! Mais ça schlinguait la mort ce truc là, c’était dégueulasse »

Par pitié, que le cameraman aille filmer un autre duo !

On m’a visiblement entendue, puisque après un passage sur le duo Samuel-Noémie et leurs testicules de taureau on arrive sur Baptiste et Anne-Cécile en pleine destruction de têtes de canards.
Les instructions d’Anne-Cécile s’enchaînent « là il faut que tu ouvres le bec pour qu’on puisse fendre le crâne, récupérer la cervelle à l’intérieur et la langue ». Baptiste oscille entre vomir et ….vomir « j’avais la nausée de voir tout ce sang, la cervelle…c’était dur ». Gros plans sur la tête de canard et les mains sanguinolentes de Baptiste.

De mon côté, je songe à donner toute la viande que contient mon frigo.

Dans le duo, Frédéric – Prozac, moment sympathique et rigolo, durant lequel Frédéric trouve ça génial de « vidanger » des seiches. C’est flasque et il y a du jus noir qui gicle de partout…c’est décidé, je vais devenir végétalienne.

Ludovic, que je soupçonne d’être hyperactif et Julien le miraculé s’acharnent sur une anguille. En enlevant les boyaux de l’anguille, Ludovic, le Jack l’éventreur de Top Chef sera au summum de l’excitation : « ça ne me dérange pas de mettre les mains là-dedans, j’ai l’impression de commettre un meurtre c’est excellent ! »

Cécile de Ménibus et Alexis se dragouillent tout en cuisinant un foie de veau. Voix sirupeuse et débit de bêtises du côté d’Alexis : « tu vois le foie de veau c’est comme deux prothèses mammaires ». Œillades de biches et jeté de cheveux de Cécile, qui tente de nous faire croire qu’elle ne s’est jamais fait refaire la poitrine « c’est vrai que c’est siliconeux, si un jour je me refais la poitrine, j’y penserai ».

Au bout de trente- écœurantes- minutes, les candidats reprennent les commandes de la recette….mais ils ne savent pas encore que durant les sept dernières minutes, leurs commis auront la lourde tâche de dresser les assiettes.

Dressage, dégustation par l’ensemble des commis et résultats. Egalité entre les plats d’Anne-Cécile et de Prozac. Le chef Constant va devoir les départager et il choisit Anne-Cé, qui gagne sa première immunité.

Cette décision plonge Prozac dans une profonde dépression, alors qu’il avait gagné une immunité de deux semaines ! On ne va pas non plus te conduire directement en final, juste pour que tu ne te tailles pas les veines en direct non ?!

Sur ce, passons à l’épreuve suivante. Les candidats vont être divisés en deux groupes. Le premier groupe, composé de Noémie, Anne-Cécile, Julien le belge et Steven, va avoir la chance de pouvoir gambader dans les montagnes. Ils vont aller à la rencontre du chef trois étoiles et meilleur ouvrier de France : Emmanuel Renaut.

d02-flocon-de-sel-emmanuel-renaut-creditjeff-nalin-3
Énorme bouffée d’air frais à la vue de son restaurant : flocons de sel sur fond de montagnes verdoyantes.

flocon de sel
Après Eric Guérin, le chef croquis, nous rencontrons cette fois-ci le chef montagnard qui a l’originalité de mettre de la nature dans ses plats.

Les candidats arrivent donc à Megève dans le restaurant du chef Renaut et se voient offrir un repas. Au menu : des tomates à l’ortie, du poisson cuit avec du bois, et une ribambelle de desserts dont de la pâte de fruit au sapin.

Anne-Cécile la Belieber de la saison, est en pâmoison, « c’est le repas de ma vie ! »

Les quatre candidats oublient l’espace d’une soirée, un peu comme Chaud Patate la semaine dernière, qu’ils sont dans Top Chef « et là on arrive, et on comprend qu’on va manger dans ce restaurant trois étoiles ». « les autres vont être dégoûtés « , « Là mais là on se dit que ça n’est pas possible, quelqu’un va forcément venir nous chercher ».

Bien évidemment qu’on va venir vous chercher !! C’est Top Chef ! On n’est pas sur NRJ 12 les gars, ça n’est pas un remake des chtis à la montagne !!
Désolée pour ce moment d’égarement. Mais la longue séquence « Maison France 5 » va mettre les nerfs à rude épreuve de ceux qui regardent Top Chef, pensant regarder une émission de cuisine.

Après le repas, les candidats arrivent dans leur énorme suite de 110m², avec piscine intérieur. Concours de plongeons, séquence jacuzzi, papotages en peignoir et cheveux mouillés, jusqu’à ce que quelqu’un vienne leur rappeler qu’ils sont là pour cuisiner. Leur mission : cuisiner dès demain matin, dans les cuisines du chef multi-étoilés.

Après un réveil à 6h du matin et un zoom sur le mini short de pyjama de Noémie, on se concentre enfin sur la cuisine.

En deux heures, les quatre candidats vont devoir cuisiner en binôme un plat gastronomique et un dessert en intégrant quatre produits imposés : l’ortie, le bois, le sapin et le foin.

Après avoir vu Noémie gambader dans le jardin « oui les fleurs comestibles c’est mon univers » (on n’avait pas remarqué) et Julien ne pas arriver à faire la différence entre une pâquerette et un bananier. Ils commencent enfin à cuisiner !

  • Anne-Cécile va vite s’imposer comme un étant un sympathique dictateur face à un Julien totalement soumis, mais un brin énervé tout de même.
  • De l’autre côté, Steven a envie de voir Noémie s’étouffer avec ses points de sauce et ses fleurs comestibles qu’elle lui impose « pour moi ça n’a aucun intérêt, c’est de la branle**e ce qu’on est en train de faire ».

Dégustation des plats par le chef Renaut, apportés et présentés par le Caporal Anne-Cé et Prozac, pendant que Julien le belge et Noémie s’affairent toujours en cuisine pour préparer les desserts.

  • Le plat du Caporal ne séduit pas vraiment « la lotte n’aurait pas dû être cuisinée, on aurait dû la laisser au lac »
  • Le plat de la Reine des fleurs agace un peu le chef pour qui « tout ce qui est pois, fleurs etc n’ont pas vraiment grand intérêt » . Les pulsions de Prozac refont surface « ça me fait ch*** je n’aurais pas dû laisser faire Noémie »

Anne-Cécile et Julien remporte finalement le premier point. Retour en cuisine pour les desserts.

Julien est surexcité car il « maîtrise les desserts », mais Anne-Cécile va vite détruire son enthousiasme. Pour vous donner un aperçu (et je ne suis pas peu fière de ce dialogue)

  • Julien : je pense faire de la fraise
  • Anne-Cécile : ok…non on va partir sur de l’abricot, dégage
  • Julien : ok je m’écrase, je ferai la recette chez moi comme un pouilleux.  « Elle est têtue de chez têtue »

Transition toute trouvée, nous passons automatiquement sur Noémie qui essaie de motiver Prozac, qui était déjà en train de préparer un nœud coulant au fond de la cuisine.
Au moment du dressage, elle est à nouveau prise de TOC et remet des petits points et des fleurs partout sur le dessert. Malgré les avertissements de Steven, elle n’en fera qu’à sa tête, « c’est fou d’être un aussi petit bout de femme et d’être aussi têtue ! »

Pour le dessert, le point est finalement donné à l’équipe de Noémie et Steven, car le plat était très « marqué montagne »

Les chefs Marx et Constant doivent dont départager les deux équipes qui sont à égalité. Après avoir grondé Julien et Steven qui ont un peu trop baissé les bras, selon eux, face aux deux filles, ils donnent finalement le point de la victoire à Noémie et Prozac. Julien va donc directement en dernière chance, puisque Anne-Cécile a une immunité.

Début de la troisième épreuve avec la seconde équipe composée de Pierre, Julien le miraculé, Alexis le melon et Thibault « hé ho je suis un chef étoilé MOI ».  Il est 23h et je les avais totalement oubliés.

Thibault décide de nous résumer un peu l’épreuve : « nous sommes quatre gars les uns en face des autres et pas les moins bons ». Chevilles, tête…à force de gonfler, Thibault va finir par exploser.

Les chefs Arabian et Piège leur expliquent l’épreuve biatch de la semaine. Ils vont avoir quatre aliments à cuisiner : le carré d’agneau, le haddock, les huîtres et la canette. Chacun sera accompagné d’un panier de produits imposés. Ils devront utiliser tout le panier sans exception, y compris, les produits dont les mélanges semblent totalement improbables.

  • Le haddock est associé à de la framboise et des grains de pop corn
  • Le carré d’agneau avec de la pâte d’amande et de la limonade
  • Les huîtres avec du thé et de la pastèque
  • Les canettes avec des grains de café et des dragées

Mais ce que les candidats ne savent pas encore c’est qu’au cours de l’épreuve, ils vont devoir jouer aux chaises musicales. A chaque fois qu’une sonnerie retentira, les candidats devront changer de plan de travail et poursuivre la recette commencée par un autre en essayant de deviner ce qu’a fait le candidat précédent.

Épreuve sympathique. Au fil de l’épreuve, les candidats vont passer par tous les postes et se retrouveront au final sur leur plan de travail initial totalement transformé par les différents cuisiniers successifs. De l’avis de tous, Julien a eu une excellente idée pour intégrer la pâte d’amande trop sucrée au plat, Pierre réussit à améliorer chacun des plats par lesquels il passe.

Résultat : Pierre gagne l’épreuve.

Arrive l’épreuve de la dernière chance, que nous ne verrons pas, mais on a fini par s’y habituer. On apprend que les candidats devaient cuisiner/revisiter la pomme de terre.

Les plats d’Alexis le melon et Julien le belge semblent être les deux moins convaincants. Mais Melon étant visiblement pistonné par Cécile de Ménibus, il ne sera pas éliminé, malgré son assiette qui n’a « aucune originalité » et malgré ma pétition.

Comme vous l’avez compris, malheureusement, cette semaine encore, un sympa quitte l’aventure. Julien Lapraille, le belge quitte donc les cuisines de Top Chef.

julien-lapraille-top-chef-5
Je préviens, si la finale se joue entre Alexis et Thibault, mon article risque de ne pas être très tendre.

Publicités

3 réflexions sur “Top Chef 2014 épisode 9 – Mange ta montagne

  1. J’espère qu’ils feront plus soft demain. Je ne pourrai pas supporter une 3e semaine de Cauchemar en Cuisine 😉 Et sinon, je ne sais pas si tu as vu, mais Paul a commencé sa campagne d’affichage avec son sandwich chaud Top Chef… Je parie sur l’épreuve d’immunité (et on saura qui va la gagner à partir du moment où ils sortiront du garde-manger… c’est fin et bien joué 😉

  2. Pingback: Top Chef 2014 épisode 10 – On est top généreux, on est des Top Chef | A BLOG POURPOINT

  3. Pingback: Top Chef 2014 épisode 10 – On ne suce pas du charbon | A BLOG POURPOINT

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s